Nouvelles

Mise en page des bureaux post-Covid

Post Covid

Mise en page des bureaux post-Covid : une évolution… pas une révolution!

Dès le premier confinement, les prévisions du monde des bureaux estiment qu’après la crise de Covid, « rien ne sera comme avant ».

Aménagement des bureaux post-COVID : évolution pas révolution !

Par Antonio Moura, Directeur Général Délégué chez BMA Group Paris

Depuis le premier confinement, les oracles du monde de l’immobilier de bureau estiment que « rien ne sera plus comme avant » au sortir de la crise de la Covid. Cette révolution annoncée est pourtant à relativiser puisque la situation actuelle ne fait qu’accélérer des tendances déjà perceptibles.

Plus que jamais les bureaux se doivent de ressembler à l’entreprise, à ses valeurs, à son ADN, principalement au travers de leur aménagement. Celui-ci devra intégrer la nouvelle dimension sanitaire tout en respectant l’incontournable driver du coût.

Dans un premier temps, cela passe par la réorganisation et la réadaptation de l’existant à court terme quand bien même on estime que l’implantation convient et que l’on introduit une part de télétravail. Trois critères prévalent : la distanciation, le repositionnement du mobilier actuel et la division-protection via des écrans ou cloisonettes transparents qui assureront une continuité de la communication.

Ensuite, il faut prendre en considération la modification plus profonde des modes travail qui était déjà amorcée et s’accélère. Le mal aimé open space des années 2000 s’oriente vers une nouvelle configuration. On y introduit des armoires qui remplacent les caissons bas, permettant d’isoler les salariés par deux ou quatre. Les entreprises demandent également des ilots regroupant des équipes projets afin de créer l’émulation. Enfin, la tendance des box « une personne » qui se distribuent autour d’un open space faisant office de salle de réunion se développe.

De son côté, la notion d’espaces fermés, mais qui ne sont plus les bureaux individuels traditionnels, émerge. Il s’agit de mettre en place un espace partagé par un service, toujours en respectant les distanciations avec un mobilier spécifique.

Par ailleurs, de nouvelles méthodes de travail se sont développées ces derniers temps, comme le flex-office qui est un concept englobant plusieurs formes. L’aménageur va alors proposer une dématérialisation du poste de travail au profit de bureaux avec des formats d’assises différents afin d’évacuer l’angoisse que peut provoquer l’absence de lieu fixe. On peut également créer des espaces de travail « projet » sans PC où le salarié vient se plugger. On y adosse généralement un « coin jeu » favorisant la convivialité.

Notons toutefois que le flex office nécessite un accompagnement managérial assez fort : il convient d’expliquer à ses équipes comment fonctionne la nouvelle configuration (à quoi sont destinés les postes, comment on y travaille, avec quelle connectivité…) pour rassurer le salarié qui perd une partie de ses repères et doit s’en créer d’autres.

À l’inverse le desk-sharing qui est destiné à une population de commerciaux ou de consultants dont la moitié est constamment à l’extérieur, va permettre de diviser par deux le nombre de postes ce qui induit une très bonne gestion de la rotation des équipes. L’espace libéré peut être dédié à la convivialité ou à des spots d’isolation pour pouvoir téléphoner tranquillement. Là aussi les armoires-casiers remplacent logiquement les caissons.

Dernier élément : l’apport du digital qui était déjà d’actualité et permet notamment d’optimiser l’utilisation des espaces via un système de réservation. Le digital favorise aussi le multi-usage d’un espace qui passe, par exemple d’une cafétéria à une salle de réunion informelle, celle traditionnelle étant de moins en moins utilisée.

Plus généralement, le digital est un outil de maximalisation de la ressource immobilière avec la possibilité d’installer des capteurs pour savoir qui est là en présentiel.

En résumé, la crise de la Covid fait évoluer la vie des bureaux de deux manières : tout d’abord socialement puisque c’est là que les salariés vont retrouver une cohésion post-pandémie, et économiquement grâce aux nouveaux aménagements avec pilotage digital qui vont améliorer l’efficacité et la productivité. En gardant à l’esprit que la réponse standardisée est aujourd’hui définitivement enterrée.

Focus PMA, Interview de BMA Group

Avec nos invités interviewés par Vincent Touraine: : 🎙️:

🌟, Micael Costa CEO da BMA Group Paris
🌟, Antoine Aranda CEO da ObjetRama
🌟, CEO Lionel Grotto oda Agence Choose Paris Region Ced, Cedric HELIAS Chief Operating Officer, FBD Group
🌟, Marc-Noël FAUVEL CEO da Skills4All – Spécialiste du elearning certifiant
🌟, Thierry KUNTZ CEO da ataWay – Management

Et voici les thèmes qui ont été abordés:

#amenagement #objet #iledefrance #cuisine #elearning #management

MEDIAS FRANCE Florence Bardin Elodie Kerdraon Maude MEGTERT Simon Lefevre Mélanie Cogné Clara Clément Thomas Varacher Valentin Legrand Stephanie ASSOUMAN

Design & Build Workplace Magic
Design & Build

Faire pour les autres fait aussi partie de notre ADN, BMA Group Publi-Editorial

« Faire pour les autres, c’est dans notre ADN »

Agilité, accompagnement, sur mesure : trois mots clés qui incarnent l’ADN de BMA Group, l’un des plus solides spécialistes de l’aménagement de bureaux en France. À la manœuvre à la fois sur la conception et la réalisation, le conseil partage son agenda entre bailleurs et utilisateurs. Interview à deux voix avec Micael Da Costa, fondateur, et Antonio Moura, l’un de ses trois associés.

Q1 : Comment définir la philosophie BMA Group ?

Micael Da Costa : Par l’agilité, la flexibilité et la maturité. À l’origine, BMA Group était doté d’un ADN purement entreprise générale. Puis, au fil du temps et des beaux projets, notre positionnement a évolué vers le marché des aménageurs et de la conception des espaces de bureaux. Aujourd’hui, BMA Group revendique clairement cette marque de fabrique hybride. À telle enseigne que nous nous retrouvons parfois à travailler pour des architectes en maîtrise d’œuvre déléguée. Notre ADN, c’est faire aussi pour les autres. La culture du partenariat et du travailler ensemble fait partie de nos valeurs et de notre ADN. Nous y gagnons en visibilité et en valeur ajoutée.

Antonio Moura : Nous devons démontrer que nous nous inscrivons sur toute l’échelle de l’aménagement de bureaux, en capacité de gérer de petits dossiers de 100 m2 comme des sujets de plus de 10 000 m2 avec la même attention et la même exigence prestation/prix. Entreprise générale, mais également contractant général et aménageur, BMA Group est actif à la fois sur les projets de bailleurs et sur des sujets utilisateurs grâce à ses trois pôles : architecture intérieure & design, travaux & pilotage et mobilier & agencement sur mesure.

Q2 : Quel sera pour BMA Group le visage de 2020 ?

MDC : Avec 35 collaborateurs dans toutes les lignes de métiers conception/réalisation et un chiffre d’affaires de 26 M€, BMA Group fera une bonne année 2020 en dépit des conséquences de la crise sanitaire. À fin février, nous avions déjà réalisé 60 % du chiffre d’affaires programmé. Notre ambition est de rester spécialiste avec une taille cohérente.

AM : Nous gardons la tête froide et nous savons que l’accompagnement de nos clients – quelle que soit leur taille – est la clé de notre succès. Dix ans après sa création, BMA Group peut résolument dire qu’une certaine maturité a été atteinte. Face à la période complexe qui s’ouvre, BMA Group est outillé en interne pour relever les défis de demain.

Q3 : Vous venez d’intégrer votre propre usine dans votre offre de services ? Pourquoi et surtout pour quoi faire ?

MDC : L’intégration de notre propre usine située au Portugal constitue une brique supplémentaire dans l’accompagnement de nos clients et le service sur mesure. Dans une logique tout à la fois Fablab et showroom, cette usine se veut un laboratoire de notre réflexion sur la matière et les matériaux avec notamment le K-RION, ce matériau ancêtre du Corian que nous déployons au travers d’un accord avec Porcelanosa.

 

AM : Avec l’usine de production, nous pouvons légitimement dire que BMA Group boucle la boucle. Cette usine doit désormais pouvoir s’ouvrir sur d’autres clients, d’autres besoins toujours dans cette culture du travailler ensemble.

BMA Group : un savoir-faire éprouvé

Au travers de ses réalisations, BMA Group démontre tout son savoir-faire en matière de réalisation travaux ou d’aménagement d’espaces de travail. Une palette large de compétences au service des bailleurs, des utilisateurs et des architectes.

1 – Citizen (Bois-Colombes) : objectif repositionnement

L’ancien siège de la Coface racheté par JP Morgan fait l’objet d’un repositionnement mené par Kardham qui s’est adjoint les services de BMA Group en matière de travaux. Des travaux qui portent sur les plateaux de bureaux comme sur la requalification des parties communes (hall, cafétéria…).

 

2 – Eqwater (Issy-les-Moulineaux) : mission revalorisation

Repenser 5 000 m2 de bureaux dans un immeuble propriété de l’Allemand Deka : telle est la mission confiée à BMA Group par Saguez & Partners.

 

3 – THEMIS (Paris 17e) : cap sur la marketing suite

La réalisation et la conception des marketing suites est l’une des spécialités historiques de BMA Group. Pour cet ensemble dans le giron de l’assureur AG2R La Mondiale, BMA Group s’attaque à un espace de coworking dans un nouveau quartier, à quelques encablures du TGI de Paris.

 

4 – New Time (Neuilly sur Seine) : full conception

Au cœur de l’île de la Jatte, l’immeuble New Time combine charme de l’haussmannien et performance des espaces de travail. Mandaté par l’utilisateur Colonna, BMA Group décroche un marché qui englobe l’agencement et le mobilier dans un environnement contraint techniquement, mais passionnant sur le plan de l’aménagement.

En savoir plus